Search
motivation méchant comics

La philosophie de l’ennemi juré dans les comics

143

Un ennemi juré, c’est le pire du pire des méchants. Le plus grand adversaire du héros. Aujourd’hui, nous allons analyser ensemble les différents types d’ennemi juré que l’on peut trouver dans les comics, et les motivations qui les poussent. Laissez moi vous présenter les différentes philosophie de l’ennemi juré !

méchant super héros

Flash vs Reverse Flash

La Haine Pure

Celle là est plutôt évidente. C’est le méchant que le héros méprise, et l’inverse est valable aussi. Ces personnages ne se soucient moins de leurs actes criminels que de blesser notre héros. Par exemple Flash et Reverse Flash. Le but de Reverse Flash est de rendre la vie de Barry Allen la plus misérable possible. Il l’a prouvé lorsqu’il a tué sa femme, sa mère et piéger son père pour le crime, et la liste continue. 

L’intérêt de ce genre de Nemesis, c’est de pousser le héros à être meilleur que lui. A passer outre la haine incommensurable qu’il lui voue et à chercher à mettre fin à ce cycle de haine éternel.

ennemi juré héros comics

Lex Luthor et Superman

Le méchant pense qu’il est le vrai héros

On rentre ici dans une zone grise. C’est le cas lorsque l’ennemi juré est persuadé qu’il est le vrai héros de l’histoire. Lex Luthor en est le parfait exemple. C’est une bonne personne, mais il croit fermement que Superman n’est pas une bonne personne et qu’il empêche l’humanité d’avancer en se reposant sur lui. On ne peut vraiment dire que Lex Luthor haït Superman, même qu’il lui arrive d’épouser certains idéaux de l’Homme d’Acier (comme dans Superman: Red Son ou Lex intègre des idées de Superman dans son nouveau mouvement, le « luthorisme »).

Docteur Fatalis ressent la même chose avec les Quatres Fantastiques. Il croit fermement qu’il peut régner sur le monde et apporter la paix, mais qu’il doit réaliser des choses affreuses pour accomplir ce dessein. Son pays, la Latverie, le considère même comme un très bon souverain. Fatalis a, une fois, atterri dans un univers parallèle où il regnait sur le monde et effectivement, la paix mondiale était réelle et le crime avait disparu. Le Fatalis alternatif expliqua alors à notre docteur que ce qui l’empêchait de réaliser àa dans notre univers était son égo massif. 

C’est le vrai problème de ces personnages. Leurs intentions sont louables (rétablir la paix dans le monde, ou faire avancer l’évolution de l’humanité), mais ils font tout de travers car leurs égos sont tellement gros qu’ils pensent être les seuls héros à mériter d’exister.

magneto professeur x ami

Magneto et Prof. X sont amis, et oui !

Des idéaux à l’opposé

Encore une évidence, basé sur un désaccord global. Magneto croit à la supériorité des mutants tandis que Professeur X croit à la coexistence avec les humains. Hal Jordan veut un monde qui tourne grâce au libre arbitre tandis que Sinestro veut un monde régit par la peur. 

La plupart du temps, ces personnages, bien qu’opposés, ne se détestent pas. Il ne sont juste pas d’accord entre eux, ils peuvent même être ami ! Ce type d’ennemi est censé être une image pour les personnes qui ont un ami ou un collègue avec qui ils ne sont pas d’accords, mais qui sera toujours là pour eux en cas de coup dur, et inversement. On dit dans ce cas là que ce sont des Frennemies.

ennemi aquaman

Aquaman et Black Mamba

La revanche

Basique, mais important. La revanche est un motif utilisé dans quasiment tous les comics, et généralement via la perspective des méchants. C’est aussi simple que « tu as ruiné ma vie, maintenant je vais ruiner la tienne ». Black Mamba et Aquaman par exemple, Aquaman a tué son père donc il veut tuer Aquaman. 

Ce type de Nemesis est très similaire avec ceux animés par de la haine pure, mais plus basé sur une relation de cause à effet que de simples sentiments envers le héros.

nemesis batman

Batman et le Joker : l’Amour fou !

L’amour

Beaucoup plus rare que les autres, ce type d’ennemi juré pousse le héros à faire plus, et le héros le pousse à faire plus de son coté. Un des exemples les plus exacts, c’est la relation entre Batman et le Joker. Ils sont le Ying et le Yang l’un de l’autre. Ils ne se respectent pas, mais sont obsédés l’un par l’autre, on peut dire qu’ils sont dans un sens amoureux des idées de l’autre car diamétralement opposées à ce qu’ils pensent. 

 

Beaucoup des ces exemples appartiennent à plusieurs catégories à la fois, bien évidemment. Mais le but de cet article, c’est de vous montrer les différentes motivations qui peuvent pousser un personnage à devenir l’ennemi juré d’un héros. Dans tous les cas, l’ennemi juré a pour but d’être l’anti-thèse du héros et de le pousser à devenir meilleur.




Laisser un commentaire