Les 10 meilleurs comics d’Alan Moore

3489

Alan Moore est l'auteur de comics le plus influent des années 1980-1990. Ses œuvres ont contribué à définir une nouvelle ère créative dans le monde des comics à un moment où celui-ci avait besoin de grandir et de mûrir. Personne ne peut nier l'importance que certaines de ses créations ont eue (et ont encore) pour l'industrie du comics. Sa façon de repousser les limites quant au concept de super-héros est toujours étonnante et son succès est indéniablement justifié.

Bien qu'il soit devenu une figure controversée et parfois tragique, on ne peut regarder sa carrière qu'avec respect. En fait, il faut lire du d'Alan Moore pour bien comprendre l'histoire des comics - il faut dire qu'il a collaboré avec certains des plus grands artistes de son temps comme Dave Gibbons, Eddie Campbell, Ian Gibson, Stephen R. Bissette, Rick Veitch, John Totleben, Kevin O'Neill et bien d'autres.

C'est pourquoi je vais vous parler aujourd’hui de ses meilleurs comics, notez que c’est un avis qui n’engage que moi et libre à vous de ne pas être d’accord avec mes choix. Certains livres sont difficiles à trouver, voire épuisés, la tâche s’annonce peut-être ardue si vous vous lancez dans la collection complète des œuvres d'Alan Moore. Voici ma sélection des 10 meilleurs comics d'Alan Moore. N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions dans la section commentaire !

Par où commencer avec Alan Moore ? Ma liste des meilleurs comics écrites par Alan Moore.

Watchmen

Quand le Comédien, justicier au service du gouvernement, se fait défenestrer, son ancien allié, Rorschach, mène l’enquête. Il reprend rapidement contact avec d’autres héros à la retraite dont le Dr Manhattan, surhomme qui a modifié le cours de l’histoire. Alors qu’une guerre nucléaire couve entre les USA et l’URSS, tous s’interrogent : qui nous gardera de nos Gardiens ?

Commençons par le choix le plus logique : Watchmen. Je ne sais même pas quoi ajouter. Je pense personnellement que ce n'est probablement pas le meilleur point d'entrée pour un nouveau lecteur qui veut découvrir les comics, mais ce n'est pas un mauvais choix pour ceux qui veulent se familiariser avec les œuvres d'Alan Moore - et les merveilleux dessins de Dave Gibbons. À l'origine, Watchmen était censé être une mise à jour de certains personnages de Charlton Comics. DC Comics a racheté la société et devait faire quelque chose avec. Mais la proposition de Moore n’a pas séduit l’éditeur, et il a été décidé de laisser les personnages de Charlton en dehors de l'histoire.

Watchmen est finalement une histoire alternative de l'Amérique dans laquelle les justiciers masqués jouent un rôle important. Alan Moore a exploré et satirisé le concept de super-héros tout en faisant de même avec le climat politique et socio-économique de l'époque. Il s'agit d'un mélange innovant pour les comics mainstream de la seconde moitié des années 80, qui a eu une grande influence sur la suite de l’industrie.

>> Watchmen

From Hell

Londres, 1888. Pour faire face à un chantage concernant la naissance d’un enfant né de l’union inavouable d’un petit-fils de la famille royale et d’une prostituée, la Reine Victoria dépêche son médecin personnel afin de régler ce problème. Il est envoyé dans le quartier miséreux de Whitechapel. Ainsi commence l’affaire Jack l’Eventreur et l’oeuvre la plus sombre d’un Alan Moore au sommet de son art.

Il n'y a pas de preuve définitive sur l'identité du tristement célèbre Jack l'Éventreur, mais il y existe beaucoup de théories. From Hell est la proposition d'Alan Moore. Avec son collègue britannique Eddie Campbell, Moore a mélangé événements réels et théories. La réalité et la fiction se sont rencontrées de manière fascinante pour offrir une exploration du pouvoir, des inégalités, de l'histoire et des croyances à l'époque victorienne. C'est la fin d'une époque, d’une époque chaotique.

Alan Moore a fait de nombreuses recherches et, grâce aux dessins en noir et blanc de Campbell, a passé Londres au microscope. La ville fait partie de son fascinant récit au même titre que les motivations du tueur. C'est violent, parfois un peu ésotérique, souvent captivant et déroutant - oui, c'est un livre destiné à un public adulte - mais c'est aussi une histoire touchante.

>> From Hell

Miracleman

Suite à des événements inattendus, le journaliste Michael Moran devient le héros nommé Miracleman. Il découvre alors ses véritables origines et le lien qui l'unit au mystérieux projet Zarathustra.

Avant Watchmen, Alan Moore avait déjà écrit une déconstruction très influente du genre super-héroïque. En fait, il s'agissait d'une véritable histoire de super-héros qui poussait les choses très loin en posant la question suivante : que feraient vraiment des personnes dotées de pouvoirs divins ? La réponse: il se prennent pour des dieux.

Miracleman était à l'origine un pastiche de Captain Marvel/Shazam que Moore a écrit avec réalisme. L'histoire est celle d'un journaliste indépendant, Michael Moran, qui embrasse son destin en tant que Miracleman, mais découvre rapidement que les grandes responsabilités liées à ses pouvoirs sont encore plus grandes qu'il ne le pensait. Alan Moore s'est vraiment lancé dans la science-fiction avec Miracleman et a introduit des extraterrestres et des combats à grande échelle. 

>> Miracleman T.01

>> Miracleman T.02

>> Miracleman T.03

>> Miracleman T.04

 

La Ballade d'Halo Jones

Halo Jones est une jeune fille du 50e siècle comme toutes les autres, qui vit sur l’Anneau, ville fermée flottante accrochée à Manhattan, où rares sont ceux qui ont la chance de respirer à l’air libre.

Coincée dans un quotidien claustrophobe où on n’échappe au chômage et à l’ennui que grâce aux divertissements industriels ou à l’oisiveté des paradis artificiels, Halo Jones rêve d’évasion, d’aventure et d’espace.

Accompagnée de ses amis Rodice et Brinna ainsi que de leur chien robot Toby, elle va se lancer dans sa plus improbable aventure et s’embarquer dans une quête parsemée de doutes, de dangers, de découvertes, mais aussi de séparations, de pertes et de nouvelles rencontres.

Au début des années 80, une seule chose manquait dans les pages de 2000 AD (parution de comics hebdomadaire) : un grand protagoniste féminin. Alan Moore a alors présenté Halo Jones. Il ne s'agissait pas d'un héros puissant, mais d'une femme sympathique du 50e siècle, sans beaucoup d'options dans la vie, qui essayait de trouver sa place dans une galaxie pleine de dangers.

Les magnifiques dessins de Ian Gibson nous plonge dans un futur fascinant. L’histoire s’arrête de façon un peu abrupte cependant, elle était censée se poursuivre, mais un conflit sur les droits de l'auteur a mis fin à cette aventure féministe de science-fiction fascinante et très divertissante.

>> La Ballade d’Halo Jones

Swamp Thing

Jason Woodrue, un brillant scientifique, vient de découvrir une créature au coeur d'un marais de Louisiane.

Le monstre végétal éveille sa curiosité de chercheur ainsi que celle de son patron, lequel décide de se l'approprier. Mais la créature humanoïde est habitée par la mémoire d'un homme, et n'entend pas se laisser faire…

Une annulation se profilait à l'horizon pour Swamp Thing quand Alan Moore a été recruté pour relancer la série. Et c'est ce qu'il a fait avec brio. Il a commencé par introduire une nouvelle origine pour faire de la créature des marais un véritable monstre, et il a ensuite mélangé l'horreur et le fantastique avec des questions environnementales et sociales pour développer un titre vraiment unique.

Avec Stephen R. Bissette, Rick Veitch et John Totleben qui se sont occupés de la partie visuelle, Moore a injecté une nouvelle étincelle de vie dans une partie moins connue de l'univers DC, et a introduit des éléments mythologiques fascinants et de nouveaux personnages (comme le célèbre John Constantine). Même selon les normes d'aujourd'hui, la série est innovante et un peu risquée. Elle est également devenue le succès critique et commercial qui a ouvert la voie à de nombreux auteurs britanniques.

>> Alan Moore présente Swamp Thing T.01

>> Alan Moore présente Swamp Thing T.02

>> Alan Moore présente Swamp Thing T.03

La Ligue des Gentlemen Extraordinaires

Londres, 1898. L'ère victorienne vit ses dernières années. Le XXe siècle se profile. L'heure est aux grands bouleversements et à la stagnation, à l'ordre chaste et à l'ignoble chaos. On a plus que jamais besoin de champions. Allan Quatermain, le capitaine Nemo, Hawley Griffin, le Dr Henry Jekyll, Edward Hyde et Mina Murray sont ces champions. Ensemble, ils constituent la Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Recrutés par l'énigmatique Campion Bond, aux ordres de "M", l'homme mystère, nos six justiciers sont au service de leur empire qui ne peut se passer d'eux. Ils vont devoir affronter le terrible Docteur et ses plans de conquête mondiale.

Au départ imaginé comme la Justice League de l’Angleterre Victorienne, Alan Moore a rapidement fait de cette série un succès. HAutement imaginatif, violent et parfois dérangeant, Moore donne indéniablement à réfléchir et construit une mythologie dense (Moore aime explorer la façon dont les mythes trouvent leur place dans différents univers). 

>> La Ligue des Gentlemen Extraordinaires - Intégrale

 

V Pour Vendetta

1997, une Angleterre qui aurait pu exister.

Dirigé par un gouvernement fasciste, le pays a sombré dans la paranoïa et la surveillance à outrance. Les « ennemis politiques » sont invariablement envoyés dans des camps et la terreur règne en maître. Mais un homme a décidé de se dresser contre l'oppression. Dissimulé derrière un masque au sourire énigmatique, il répond au nom de V : V pour Vérité, V pour Valeurs... V pour Vendetta !

Comme avec Watchmen, Alan Moore a montré avec V Pour Vendetta son côté plus politique, avec une vision très pessimiste du futur. Il nous entraîne dans une version dystopique et post-apocalyptique de l'histoire du Royaume-Uni dans les années 1990, précédée d'une guerre nucléaire dans les années 1980 qui a dévasté la majeure partie du reste du monde. Clairement influencé par 1984 d'Orwell, Moore s'oppose à l'anarchisme et au fascisme d'une manière qui condamne toute forme d'extrémisme, surtout lorsqu'il s'agit de faire ce qui est juste.

>> V Pour Vendetta

Promethea

Muse des poètes ? Incarnation de la beauté, de la grâce, de l'art ? Allégorie de la vie humaine, du destin et de l'ambition ? Promethea est tout ceci à la fois...

Et plus encore ! La jeune étudiante Sophie Bangs travaille sur Promethea, figure littéraire récurrente qu'elle retrouve dans les poèmes du VIIIe siècle, dans les strips quotidiens, dans les pulps des années 30 et dans les comic-books de l'Age d'Or. Partie à la rencontre de Barbara Shelley, la veuve du dernier dessinateur qui ait mis sur le papier les aventures de Promethea, Sophie traverse le miroir et met le pied dans un monde de fantaisie et de féerie.

La fascination d'Alan Moore pour l'imagination est encore plus présente dans Promethea que dans La Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Dans cette série vraiment dense, documentée et repoussant les frontières, il explore comment la mythologie, la religion et la culture pop sont toutes définies et influencées par notre imagination, et comment elles sont toutes connectées pour former une carte vers une meilleure compréhension de qui nous sommes et du monde en général.

Difficile de décrire Promethea en quelques lignes. Il s'agit d'une approche non conventionnelle (fortement documentée) de la narration super héroïque, d’une exploration audacieuse de multiples mythes, religions et cultures liés à une quête d'identité qui évolue au-delà des limites familières des histoires du genre. Ce livre nécessitera sans aucun doute plus d'une lecture car il y a beaucoup à réfléchir et à comprendre.

>> Promethea T.01

>> Promethea T.02

>> Promethea T.03

Tom Strong

Né sur l'île d'Attabar Teru en 1900, Tom Strong a toujours défendu les faibles, les opprimés et la justice. C'est accompagné de sa femme Dhalua, de leur fille Tesla, de leur serviteur robotique Pneuman, et du roi Solomon, un singe, qu'il entend défendre ces valeurs. Sur Vénus, à New York ou dans un lointain passé, Tom Strong veille toujours... et nous entraîne dans un tourbillon d'aventures plus originales les unes que les autres.

Qu'est-ce qui vous vient à l'esprit lorsque vous pensez à Alan Moore écrivant une histoire de super-héros ? Figurez vous que Tom Strong est à l'opposé de ça ! Ce n'est pas sombre, granuleux et réaliste. C'est un Pulp, rétro et coloré. Un hommage clair aux comics d’aventure de la vieille école, mais avec un côté moderne tout de même

Avec les illustrations de Chris Sprouse, chaque histoire est autonome jusqu'à un certain point car elle s'ajoute à l'histoire de Tom Strong. Plus vous lisez, plus le monde de la famille Strong s'enrichit. Mais il reste amusant, plein de bonnes idées et optimiste. Il y a toujours, ici et là, des éléments sombres sous-jacents que Moore injecte clairement par inadvertance dans les histoires (parce que c'est sa nature), mais Tom Strong est une expérience joyeuse, un comics d'aventure/sci-fi avec une ambiance rétro.

>> Tom Strong T.01

>> Tom Strong T.02

A Small Killing

Timothy Hole a tout pour lui et se voit confier la plus grande mission de sa vie : commercialiser un cola en Russie. Mais sa vie tranquille commence à s'effilocher lorsqu'il est harcelé par un enfant démoniaque qui l'amène à se demander non seulement qui il est, mais aussi comment il affecte réellement ceux qui l'entourent.

A Small Killing n'a pas la portée habituelle par rapport aux autres travaux d’Alan Moore. Avec des illustrations d'Oscar Zárate, ce roman graphique récompensé par un Eisner Award est l'œuvre introspective d'un esprit créatif qui craint de se perdre dans la gloire de son propre succès. C'est une quête métaphorique pour renouer avec ce qui a fait de lui l'artiste qu'il est devenu afin de retrouver sa capacité à sortir des sentiers battus, à ne pas laisser le conventionnel définir son travail. C'est une façon intime de parler de la peur de devenir un autre vendu. Malheureusement jamais paru en VF 🙁

>> A Small Killing (en VO)




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.